Auto-rééducation : Comment faire soi-même sa rééducation ?

Après une intervention chirurgicale ou après un traumatisme de l’épaule, les patients présentent très souvent une raideur d’épaule. Cela va s’améliorer avec le temps dans la majeure partie des cas, mais le patient lui-même peut travailler la souplesse de son épaule avec des exercices simples, comme illustré ci-dessous, et montré en détail sur les vidéos que vous trouverez ICI.

Quand est-on "guéri" après une intervention ? Durée de la rééducation ? Quand peut-on retravailler ?

L’évolution après une intervention est propre à chaque patient.

Comme on l’a dit ailleurs, plus les patients sont dans de bonnes conditions au moment de l’opération, meilleures seront les suites. Notamment, il faut que l’épaule soit la plus souple et la moins inflammatoire possible. Les patients peu angoissés et ayant un bon moral auront aussi souvent des suites plus simples. Enfin l’absence ou l’arrêt du tabagisme est primordial.

Malgré toutes les meilleures conditions, une opération chirurgicale représente une certaine « agression » physique. On va la contrôler au mieux grâce aux techniques modernes d’anesthésie (anesthésie locorégionale en particulier). Il faudra néanmoins entre 3 et 6 mois aux patients pour obtenir le plein bénéfice de l’intervention (voir schéma ci-dessous).

Ainsi, il n’y a pas vraiment de règles qui permettent de « prédire » la durée des soins postopératoires, mais un ensemble de choses qui mises ensemble vont « optimiser » les suites.

Une des « clés » pour obtenir rapidement le résultat de l’opération est de toujours « respecter » la douleur : il faudra bien « écouter » son corps, et ne jamais essayer d’aller trop vite. Les soins de kinésithérapie par exemple ne devront pas « fabriquer » de la douleur, ni pendant ni après les séances.

Après une intervention, il existe les patients « lièvre » : qui essaient d’optimiser leur épaule au mieux, en « poussant » toujours plus leurs capacités, quitte à avoir mal, pensant « accélérer » le processus de guérison. Ces patients en fait, comme dans la fable, auront des suites plus longues que les patients « tortue », qui vont au contraire toujours écouter leur corps et respecter la douleur, en avançant petit à petit.

Au final, après une opération pour conflit sous acromial par exemple, un travailleur sédentaire (secrétaire, comptable, professeur) peut reprendre son travail entre 2 et 5 mois après l’intervention. Par contre un travailleur manuel  (caissier, artisan…) reprendra rarement avant 4 à 6 mois.

Quel est le coût d‘une intervention ? D’une consultation ?

Le Dr Bessière est praticien libéral, en secteur 2. A ce titre, il peut demander des compléments ou dépassements d’honoraires, qui seront le cas échéant remboursés par les complémentaires de santé.

Par exemple pour une première consultation il sera demandé 70 euros, sur une base de remboursement de la sécurité sociale de 50 euros. Pour toutes les autres consultations le coût sera de 40 euros, sur une base de 23 euros.

Les patients en Accident du Travail ou en Maladie Professionnelle n’auront pas à payer directement les consultations, qui seront remboursées par les organismes concernés directement au Dr Bessière.

Bien sûr, les patients bénéficiant de la Couverture Maladie Universelle, ou de l’Aide Médicale d’Etat, n’auront pas de compléments d’honoraires à verser, ni pour les consultations, ni pour les opérations éventuelles.

Pour chaque opération, il sera demandé un complément d’honoraire, dont une base non exhaustive est illustrée dans le document ci-dessous. Globalement pour les opérations d’épaule, les compléments varient de 400 euros (opérations sous arthroscopie)  à 600 euros au maximum (prothèses) suivant l’opération. Les patients recevront au moment de la prise de décision chirurgicale un devis explicite, qu’il leur faudra soumettre à leur complémentaire santé, pour connaitre précisément leur taux de remboursement. Les compléments d’honoraires seront versés à l’accueil de la clinique où le patient sera opéré, en partant de celle-ci, sous forme de chèque ou d’espèces. Une facture sera délivrée par la clinique au patient, qu’il faudra fournir à la mutuelle pour en obtenir le remboursement.

TARIFS AFFICHES C BESSIERE 2018

Quel traitement pour une épaule raide ?

Une raideur d’épaule est une limitation invincible des mobilités : le patient, même en s’aidant du bras opposé, ne peut pas « faire bouger » l’épaule, ou très peu.

Dans ces cas là les patients ont toujours des douleurs importantes, au repos et à la mobilisation.

Il y a de multiples causes à une raideur d’épaule : traumatisme, calcification tendineuse, suites opératoires….

Le traitement est médical.  La base de ce traitement est d’essayer de contourner la douleur au mieux, tout en utilisant au maximum l’épaule. Cela prend toutefois toujours du temps. Il faut sortir du cercle vicieux existant entre la douleur et la raideur, par un ensemble de mesures associées (étirements, activités de la vie quotidienne, kinésithérapie douce avec physiothérapie, mouvements de l’épaule en piscine, antalgiques, anti-inflammatoires…).

Le patient fera le maximum d’étirements par lui-même (auto-rééducation, cf plus haut), en restant toujours juste en dessous du seuil de la douleur.

Ceci est illustré dans les schémas ci-dessous :